Téléchargement dossier « Voir Dieu avec des yeux d’enfants »

Voir Dieu avec des yeux d’enfants

Quand les enfants nous rapprochent de Dieu


TEXTE : ANNE GAVINI
ILLUSTRATIONS : REMY, 9 ANS

Cette fameuse proximité naturelle des enfants avec Dieu…
Dans un monde sécularisé, moins religieux mais témoin de spiritualités plurielles, que nous disent-ils de l’au-delà ?

« Katrin, bretonne, et Yen, vietnamien et bouddhiste, ont tous les deux la foi chevillée au corps. Pour leurs deux filles, ils ont fait un choix : celui du baptême catholique. Un tissage de cultures qui les a forcés à « ne transmettre que l’essentiel, c’est-à-dire la foi », précise Katrin. « Nous vivions aux États-Unis, dans une communauté marquée par une grande diversité religieuse. Quand notre ­dernière de 4 ans nous a demandé : “Mais Dieu, c’est Jésus ou Bouddha ?”, j’ai pris cette interrogation en pleine figure. Elle m’a permis d’avancer. »

« Avec les enfants, tout est plus simple », assure le père Bruno de Mas Latrie, vicaire de la paroisse Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle, à Paris, en charge des activités jeunes. Le père Bruno, comme l’appellent les petits, sait de quoi il parle : chaque soir, ce sont des dizaines d’enfants du quartier qui viennent à la paroisse pour jouer au foot, partager un goûter ou assister au catéchisme. « Si toutes les familles ne sont pas pratiquantes, tous les enfants accueillent la parole de Dieu avec ­facilité », affirme le prêtre.  

[…]

« Cette transmission à rebours est un ferment d’espérance pour notre temps », assure Catherine, septuagénaire, engagée en pastorale auprès des enfants de sa paroisse. Issue d’une famille non croyante, convertie adulte, cette grand-mère de sept petits-enfants explique que ses enfants ont pris leurs distances avec l’Église. Malgré cela, Catherine et son mari ­perçoivent la soif spirituelle de leurs petits-enfants : « Ils ne reçoivent aucune formation religieuse chez eux. Mais lorsqu’ils sont en vacances à la maison, nous prions ensemble chaque soir. Lorsque vous entendez votre petite-fille demander : “Jésus, protège mes parents et donne à manger aux pauvres”, vous vous dites que la prière est très naturelle pour les enfants. Certains d’entre eux ont même continué à prier chez eux, et invité leurs parents à les rejoindre ! »